FNADES - Vie de la fédération : Historique

Historique

Conscients de notre technicité d'hommes de terrain, conscients de la force de proposition que peut représenter chacune de nos associations ou fédérations grandes ou petites, mais également conscients de notre difficulté à nous implanter dans le tissu départemental et régional des décideurs, nous avons décidé de nous ouvrir à d'autres associations de directeurs pour confronter nos points de vue, partager nos projets et voir s'il était possible de nous unir.

La FIRADESS a pris dés lors contact avec 4 autres associations du Sud-est de la France. Ce choix correspondait à l'idée d'une rencontre géographiquement possible.
Cette rencontre a eu lieu à Valence le 24 septembre 1997, réunissant 4 associations représentant 600 directeurs :

  • l'AFRADESS 300 adhérents au plan national
  • l'ARDESS 100 adhérents sur le Languedoc - Roussillon
  • la FIRADESS 100 adhérents sur l'Auvergne et la Nièvre
  • le GRDEI 100 adhérents sur Midi - Pyrénées.

Nous avons bien sûr fait le constat que nos soucis étaient les mêmes, nos difficultés ou réussites également.
De là est née l'idée d'ouvrir cette rencontre à un maximum de partenaires du secteur sanitaire et social pour envisager de créer une fédération de nos associations. Simone TIMAR (AFRADESS) expliquera pourquoi une fédération.

Une première réunion a eu lieu à Paris le 10/12/97 dans le cadre de l'hôpital Saint Joseph dans le 14ème . Déjà chacune des 4 associations avait une part de responsabilité dans l'organisation de cette journée montrant ainsi que l'union rend les choses possibles.
Il a alors été décidé par tous les représentants présents (cela concernait environ 2000 directeurs) d'organiser 2 autres réunions en juin et décembre 98, le laps de temps de 6 mois entre chaque rencontre devant permettre l'étude de faisabilité pour chacun d'entre nous et être un baromètre de notre volonté d'aboutissement.

En juin 98, devant l'évidence qu'un noyau dur s'était constitué nous avons pris la décision d'organiser cette rencontre le 12 novembre pour créer une fédération nationale ;
Nous n'avons pas abandonné les remarques faites en 97 :

  • refus d'un syndicat bis
  • intention de rester une force de proposition technique
  • crainte de rattachement à une association déjà existante
  • volonté réelle de s'unir et de trouver une représentativité collective
  • grande sensibilité au fait que la base reste le " maître d'œuvre "

Notre but est d'obtenir une représentation nationale en tant qu'interlocuteurs auprès des ministères, nous obtiendrons alors, de fait, une reconnaissance plus importante sur le plan départemental.

Notre volonté est de servir d'instance technique pour toute étude envisagée par les ministères concernant nos secteurs respectifs.
Au delà, seule une fédération nationale peut prétendre à des contacts européens, et nos institutions seront, de gré ou de force, prises dans ce mouvement inéluctable.